Retour à la page d'accueil 

Dernière modification :
9-05-2013

Valv(o)-, valvul(o)-     Du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses. Le mot "valvule" a été employé par Ambroise Paré en 1575 pour désigner un repli membraneux ou muqueux qui joue le rôle d'une soupape dans l'organisme.


Valve - Valve aortique - Valve artérielle - Valve artificielle - Valve atrioventriculaire - Valve auriculoventriculaire - Valve cardiaque - Valve mitrale - Valve pulmonaire - Valve sigmoïde - Valve tricuspide - Valve urétrale - Valviforme - Valvulaire - Valvulaire (insuffisance) - Valvulaire (rétrécissement) - Valvule - Valvule aortique - Valvule artérielle - Valvule atrioventriculaire - Valvule auriculoventriculaire - Valvule bicuspide - Valvule cardiaque - Valvule connivente - Valvulectomie - Valvule d'Amussat - Valvule de Bauhin - Valvule digestive - Valvule iléocæcale - Valvule iléocolique - Valvule intestinale - Valvule lymphatique - Valvule mitrale - Valvule pulmonaireValvule pylorique - Valvule sigmoïde - Valvule spirale - Valvule tricuspide - Valvule veineuse - Valvulopathie - Valvuloplastie - Valvuloplastie chirurgicale - Valvuloplastie médicale - Valvulotomie -

Valve   Valve artificielle      Valviforme
Anatomie, cardiologie, angiologie  -   [Angl. : Valve, Artificial valve, Valviform]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte.  En anatomie, une valve est une structure qui ne permet l'écoulement d'un fluide que dans un seul sens. Il y a souvent confusion entre valve et valvule. En fait une valvule est formée de plusieurs valves - voir ci-dessous les valvules cardiaques. Dans certaines valvulopathies, il peut être nécessaire de remplacer totalement une valvule ou une valve défaillantes, ce qui est aujourd'hui possible avec une valvule ou une valve artificielle, encore appelée prothèse valvulaire. Adj. valvulaire : qui se rapporte à une valvule ; valviforme : qui a la forme d'une valve.  Coupe du cœur     Haut de page

Valvule   Valvulaire
Anatomie, cardiologie, angiologie  -   [Angl. : Valvula, valvule, Valvular]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses.  En anatomie, une valve est une structure qui ne permet l'écoulement d'un fluide que dans un seul sens. Il y a souvent confusion entre valve et valvule. En fait une valvule est formée de plusieurs valves - voir ci-dessous les valvules cardiaques. Dans certaines valvulopathies, il peut être nécessaire de remplacer totalement une valvule ou une valve défaillantes, ce qui est aujourd'hui possible avec une valvule ou une valve artificielle, encore appelée prothèse valvulaire. Adj. valvulaire : qui se rapporte à une valvule ; valviforme : qui a la forme d'une valve.  Coupe du cœur    Haut de page

Valve cardiaque   Valve auriculoventriculaire   Valvule auriculoventriculaire   Valve atrioventriculaire   Valvule atrioventriculaire   Valvule cardiaque   Valve artérielle   Valvule artérielle   Valve mitrale   Valvule mitrale   Valve tricuspide   Valvule tricuspide   Valve sigmoïde   Valvule sigmoïde   Valve aortique   Valvule aortique   Valve pulmonaire   Valvule pulmonaire   Valvule bicuspide
Anatomie, cardiologie, angiologie  -   [Angl. : Cardiac valve, Atrioventricular valve (or valvula), Cardiac valvula, Arterial valve (or valvula), Mitral valve (or valvula), Tricuspid valve (or valvula), Sigmoid valve (or valvula), Aortic valve (or valvula), Pulmonary valve (or valvula), Bicuspid valve]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses.   Au niveau du cœur et des grosses artères qui en partent, il n'y a que 4 valvules, mais il y a pour chacune d'elles plusieurs dénominations possibles. * A l'intérieur du cœur, entre les oreillettes et les ventricules : les 2 valvules cardiaques, formées de valves cardiaques. On les appelle aussi les valvules auriculoventriculaires ou atrioventriculaires, formées donc de valves auriculoventriculaires ou atrioventriculaires. Celle qui est entre l'oreillette gauche et le ventricule gauche est la valvule mitrale ou valvule bicuspide, car elle est formée par deux valves mitrales. Celle qui est située entre l'oreillette droite et le ventricule droit est la valvule tricuspide, formée de 3 valves tricuspides. Le rôle de ces valvules cardiaques est d'empêcher le retour du sang dans les oreillettes pendant la systole ventriculaire (contraction des ventricules). * A la sortie du cœur, au départ des 2 grosses artères aorte et pulmonaire, se trouvent les valvules artérielles formées par les valves artérielles. Celle de l'artère aorte est la valvule aortique formée de 3 valves aortiques, alors que celle de l'artère pulmonaire est la valvule pulmonaire, elle aussi formée de 3 valves dite valves pulmonaires. Enfin, ces deux valvules sont aussi appelées sigmoïdes et elles sont donc chacune formées de 3 valves sigmoïdes. Leur rôle est d'empêcher le retour du sang dans les ventricules pendant la diastole (phase de repos ou de remplissage).  Coupe du cœur     Haut de page

Valvule digestive   Valvule intestinale   Valvule connivente   Valvule de Bauhin   Valvule iléocæcale   Valvule iléocolique   Valvule pylorique
Gastroentérologie, anatomie  -   [Angl. : Digestive valvula, Intestinal valvula, Connivente valvule, Bauhin's valvule, Ileocecal valvule, Ileocolic valvule, Pyloric valvule]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses ; * digestive : du latin digestio [-digestion, -digestif], distribution, répartition, relatif aux phénomènes enzymatiques. intestinaux.   L'intérieur de l'intestin n'est pas lisse, mais présente de nombreux replis de la muqueuse : les valvules digestives ou intestinales ou conniventes. Ces valvules sont elles-mêmes hérissées d'un très grand nombre de petites digitations : les villosités.  Enfin, en regardant ces villosités au microscope, on y distingue essentiellement 2 types de cellules : les cellules à mucus et les autres, qui présentent, sur la face tournée vers la lumière intestinale, de très nombreuses microvillosités. On les appelle les cellules à plateau strié ou "en brosse". Le but de ces complications (valvules, villosités, microvillosités) est d'augmenter de façon considérable la surface de contact entre le chyle intestinal et la surface d'absorption (plus de 100 m2 !) EN effet, c'est dans l'intestin grêle que se termine la digestion, grâce à la présence de nombreuses enzymes. Les éléments résultant de cette digestion (glucose, acides aminés, monoglycérides et acides gras, sels minéraux) vont traverser les parois des cellules de l'intestin par endocytose et exocytose (ou pinocytose) puis se déverser dans les capillaires sanguins ou les vaisseaux lymphatiques ou chylifères, pour y être ensuite distribués à toutes les cellules du corps, par l'intermédiaire de la veine porte hépatique et du réseau chylifère qui se jette dans la veine sous-clavière gauche.  A la jonction entre l'intestin grêle (iléon) et le gros intestin (côlon) se trouve une valvule dite valvule de Bauhin ou valvule iléocæcale ou valvule iléocolique. Il y a également une valvule pylorique, qui est un replis circulaire au niveau du pylore, à la sortie de l'estomac. Valvules, villosités et absorption    Trajet des nutriments après l'absorption intestinale      Haut de page

Valvule spirale   Valvule d'Amussat
Hépatologie, anatomie  -   [Angl. : Spiral fold of cystic duct, spiral valve, Amussat's valve]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses.   La valvule spirale, aussi connue sous le nom de valvule d'Amussat est une valvule qui se trouve dans le canal cystique (canal de la vésicule biliaire).     Haut de page

Valvulotomie   Valvulectomie
Cardiologie, chirurgie cardiaque  -  N. f.    [Angl. : Valvulotomy, Valvulectomy]   valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe.  La valvulotomie est l'incision d'une valvule et en particulier d'une valvule cardiaque. Cette intervention, comme la valvulectomie (du grec ektomê [ectomie], ablation), est nécessaire dans le cadre d'une valvuloplastie chirurgicale qui a pour but de remplacer partiellement ou totalement une valvule cardiaque.     Haut de page

Valvule veineuse   Valvule lymphatique
Phlébologie, angiologie  -   [Angl. : Venous valve, Lymphatic valve]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses ; * veineuse : du latin vena [vein(o)-, -veineux], relatif aux veines, vaisseaux qui ramènent le sang vers le cœur.  Les veines et les vaisseaux lymphatiques possèdent, tout au long de leurs parois, des valvules qui favorisent la progression du sang ou de la lymphe dans la bonne direction.  Lorsque des valvules veineuses sont déficientes, elles peuvent être à l'origine de varices.   Valvules dans une veine     Haut de page

Valvulopathie   Valvuloplastie   Valvuloplastie médicale   Valvuloplastie chirurgicale   Valvulaire (insuffisance)   Valvulaire (rétrécissement)
Cardiologie, phlébologie, chirurgie cardiaque et vasculaire  - 
 [Angl. : Valvulopathy, Valvuloplasty, Valvular insufficiency, Valvular stenosis]   N. f.  valv(o)-, valvul(o)- : du latin valva [valv(o)-, valve], battant de porte ; * ule : du latin ulus, a, um [-ule], suffixe diminutif ; en anatomie, relatif aux valvules cardiaques ou veineuses ; * -pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. Le terme valvulopathie s'applique plus spécifiquement aux dysfonctionnements des valvules (ou valves) cardiaques.   Les valvulopathies ont des causes variées : malformations congénitales, rhumatisme articulaire aigu (cause inflammatoire), endocardite infectieuse qui se traduit par une infection de l'endocarde et des valves, dégénérescence "normale" liée au grand âge, ischémie -déficit d'oxygénation du muscle cardiaque - résultant d'une athérosclérose.
Les principaux types de valvulopathies :
* Rétrécissement valvulaire : il empêche la valvule de s'ouvrir complètement pendant la systole (phase de contraction du cœur) mais aussi pendant la diastole (phase de repos et de remplissage), ce qui provoque un passage insuffisant du sang ou un remplissage incomplet du cœur et, pas conséquence, une oxygénation insuffisante de tous les organes.
* Insuffisance valvulaire : une ou plusieurs valvules ne se ferment pas de façon étanche : valvules artérielles aortique et pulmonaire pendant la diastole (le sang revient des artères vers les ventricules), valvules tricuspide et mitrale pendant la systole (pendant la contraction des ventricules, une partie du sang retourne dans les oreillettes).
Les principaux signes ou symptômes d'une valvulopathie sont : l'endocardite par propagation à partir d'un foyer infectieux, des troubles du rythme, des malaises cardiaques avec éventuellement un angor [* angino : du latin angina, angere : étrangler. 
L'angine est une condition souvent caractérisée par des douleurs ou de l'inconfort dans la poitrine qui sont attribuables à une diminution soudaine du flux sanguin vers le cœur. La douleur se fait surtout sentir dans la poitrine, sous le sternum, mais elle peut s'étendre vers le cou et les bras. Elle disparaît habituellement après quelques minutes de repos. Les crises d'angine surviennent fréquemment durant des périodes d'activités physiques accrues ou de stress émotionnel lorsque le cœur doit battre plus rapidement que d'habitude. L'angine ne constitue pas une maladie en soi, mais un symptôme d'une maladie sous-jacente des artères, habituellement une maladie cardiaque. Dans les cas graves, l'angine peut conduire à la crise cardiaque.]
A l'imagerie médicale, les cavités du cœur apparaissent hypertrophiées et leurs parois sont épaissies, toujours en amont de la valvulopathie. Sans traitement, l'évolution se fait généralement vers une insuffisance cardiaque "globale".
Dans les cas mineurs, une surveillance médicale suffira, avec prise d'antibiotiques avant et après une intervention dentaire ou toute autre intervention sur un foyer infectieux, pour éviter la pénétration de germes dans la circulation sanguine et l'apparition d'une endocardite. Pour les formes plus graves, les cardiologues et les chirurgiens peuvent pratiquer une valvuloplastie médicale (du grec plassein [plast(o)-, -plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes) qui a pour but d'élargir un éventuel rétrécissement valvulaire (en général la valve mitrale) par un ballonnet gonflé à forte pression pendant quelques secondes, au bout d'une sonde. La valvuloplastie chirurgicale peut aussi constituer, selon les cas, en un traitement chirurgical plus lourd : sous CEC (circulation extracorporelle), le chirurgien peut ôter un fragment de la valvule, ou raccourcir les cordages qui retiennent la valvule pendant la systole et l'empêchent de se retourner, ou placer un anneau qui remodèle l'orifice, voire placer une valvule de synthèse. Cette opération lourde nécessite un séjour relativement long en milieu hospitalier et une rééducation à l'effort.
  Le cœur en vue extérieure antérieure    Coupe du cœur          Haut de page